Bien qu’ils soient de bons consommateurs de saké et de bière, 40% des Japonais, tout comme 30% des Chinois-Taïwanais et 26% des Coréens, ne tolèrent pas l’alcool. La faute à un enzyme déficient : l’ALDH2 (aldéhyde déshydrogénase 2) qui facile la digestion dudit breuvage. Je vous l’ai faite en synthétique mais pour ceux qui s’intéressent à la question, une publication de l’Inserm explique tout de façon beaucoup plus complète !

>> C’est quoi l’Asian flush ? (explication en vidéo)

Certains Japonais, décidés à faire la fête, se retrouvent parfois rapidement, complètement ivres après quelques gorgées d’alcool absorbées seulement… Cela nous amène à cette anecdote du week-end.

Alors que nous prenions quelques bières au Beat Café de Shibuya, le barman a entrepris de monter le son, histoire de nous faire danser un peu. Nous (surtout Morgan) ne sommes pas fait priés. A peine levée de mon tabouret, une jeune Japonaise s’agrippe à moi de toutes ses forces en me disant à quel point j’étais “mignonne”… Super-méga-ivre après deux gorgées de vin ? Manque de tendresse intempestif 😀 ? On n’a toujours pas trop compris son gros câlin … A moins que ce ne soit l’effet pull rouge (les Rennais comprendront 😉 )

johann calin

PS : pour en savoir plus et parce que deux personnes m’ont déjà conseillé de lire ce livre cette semaine, je pose ici le lien vers “Le Charme discret de l’intestin” paru aux Editions Actes Sud qui est visiblement une mine d’informations sur le fonctionnement du corps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *